Entrevue avec Vincent Lauzer, flûtiste à bec

Vincent Lauzer fait beaucoup parler de lui ces dernières années. Sa virtuosité est reconnue partout où il se fait entendre. Consacré Révélation Radio-Canada 2013-2014, le public aura la chance de constater les talents inestimables de ce musicien lors du concert du 26 février 2014 à la Salle Pierre-Mercure, il interprétera, aux côtés d’Appassionata, le remarquable Concerto pour flûte à bec et cordes de Vivaldi dans le cadre de Montréal en lumière.

Que représente pour vous le  Concerto pour flûte à bec et cordes de Vivaldi?

Le concerto en do mineur de Vivaldi est pour moi une des plus belles œuvres concertantes pour flûte à bec. C’est une œuvre que j’ai entendue alors que je commençais mes études en flûte à bec (elle était jouée par les plus vieux dans les concours) et je l’ai toujours appréciée. C’est une œuvre flamboyante, bien évidemment, comme tous les concertos de Vivaldi d’ailleurs, mais aussi dotée d’une belle sensibilité.

Comment avez-vous découvert la flûte?
J’ai découvert la flûte à bec à l’âge de 5 ans alors que je suivais des cours d’initiation à la musique à l’École de musique Jocelyne Laberge, sur la Rive-Sud de Montréal. Après un an de cours, j’ai eu à choisir un instrument parmi ceux que j’avais entendus au concert des élèves. La flûte à bec était enseignée aussi sérieusement que n’importe quel autre instrument classique et son répertoire et sa sonorité m’ont séduit. La flûte à bec était enseignée à l’époque par Sophie Larivière avec qui j’ai eu la chance d’étudier jusqu’à la fin de mes études collégiales.

Quelle est votre relation avec cet instrument?
Ma relation avec mon instrument… belle question! Je crois qu’elle est très bonne! On se connaît depuis 20 ans maintenant! Il faut dire que chaque flûtiste se doit d’avoir une grande collection d’instruments qui se développe au fil des ans (des toutes petites aux très grandes flûtes). J’adore la flûte à bec pour sa sonorité très pure, pour son agilité et pour ses qualités très « humaines ». Contrairement aux autres instruments à vent, il n’y a aucun intermédiaire, aucune résistance pour la production du son. La flûte à bec est probablement un des instruments qui se rapproche le plus de la voix chantée.

Avez-vous un rituel avant d’entrer en scène?
Je n’ai pas vraiment de rituel avant d’entrer en scène. Une gorgée d’eau et une grande respiration! J’aime être entouré de mes collègues et échanger avec eux avant d’entrer en scène.

Quel est votre artiste/compositeur favori et pourquoi?
Il y a plusieurs flûtistes qui m’inspirent beaucoup. Je pense entre autres à Maurice Steger qui a réussi à faire une carrière de flûtiste à bec soliste, ce qui n’est pas toujours facile dans le monde de la musique classique actuel. Du côté des compositeurs, j’ai bien sûr un faible pour les compositeurs baroques. J’admire beaucoup Telemann pour son style et pour sa facilité à écrire pour la flûte à bec. Il avait très bien compris comment utiliser les ressources de l’instrument.

Quelle autre forme d’art vous inspire particulièrement?
Un autre art qui m’inspire… je dirais la danse. C’est probablement l’art qui est le plus près de la musique et il est très facile de s’inspirer des danseurs lorsqu’on joue (et lorsqu’on bouge en jouant!) La danse baroque est magnifique et très inspirante pour les interprètes de musique ancienne. J’ai récemment eu la chance de travailler avec des danseurs contemporains et j’ai aussi beaucoup apprécié l’expérience.

Selon vous, quel est le rôle de la musique?
La musique, bien sûr, tient un rôle très important dans notre société : elle est partout! Je considère la musique de concert très importante. Il est essentiel de présenter les interprètes et de montrer que la musique est faite par des gens (il est parfois facile de l’oublier alors qu’on n’écoute que des enregistrements). J’adore les rencontres avec le public et je crois que la musique est une façon pour nous d’échanger et de nous rassembler.

Portrait vidéo

Billets et détails : 26 février 2014

 

Tags: , , , , ,

No comments yet.

Leave a Reply