Entretien avec la mezzo-soprano Julie Boulianne

Julie Boulianne est l’une des artistes lyriques canadiennes les plus en vue.  Récemment récipiendaire du Prix Opus Rayonnement à l’étranger 2011, elle se joindra à Appassionata et l’ECM + pour L’Amour Sorcier le 19 septembre à la Salle Pierre-Mercure.  Elle a répondu à quelques questions :

 Comment avez-vous découvert le chant ?

J’ai grandi avec l’amour du chant et de la musique.  Il y avait toujours de la musique à la maison, sous toutes ses formes. D’ailleurs, quand je deviens trop absorbée par mon travail, je retourne à mes souvenirs d’enfance pour retrouver mes “bonnes raisons” de faire mon métier.

Comment décrire votre relation avec l’opéra ?
C’est une relation qui change d’une production à l’autre. Les rôles sont tellement différents! Parfois, c’est une relation d’amour, parfois c’est davantage une relation de haine!

Quel est votre artiste/compositeur favori et pourquoi ?
Je n’ai jamais eu un élan pour un seul artiste ou compositeur. J’ai l’impression que ça serait comme me mettre des œillères.

Quelle autre forme d’art vous inspire particulièrement ?
Mon métier m’a appris à apprécier le théâtre, évidemment. Sinon, la peinture aussi. Je suis très visuelle et souvent je m’inspire d’une image pour trouver une atmosphère dans une mélodie ou un lied.

Selon vous, quel est le rôle de la musique ?
Pour le musicien, c’est un moyen d’expression, de libération, de canalisation, un moyen aussi de se connecter à soi-même. Pour le public, c’est une occasion de se libérer, de se laisser aller, de rêver et de célébrer aussi. La musique est une communion.

Tags: , , , , , , , ,

No comments yet.

Leave a Reply